Prison identitaire pour certains, pilier rassurant pour d’autres, la communauté juive recouvre une vraie diversité. Un groupe pluriel qui, comme d’autres, n’échappe pas à la tentation communautariste.

Régulièrement présentés comme une communauté, les juifs de France (environ 550 000 citoyens) formeraient-ils une grande famille ? « Assez abstraite, la notion de communauté englobe des gens aux points de vue très différents », répond Alain Granat, directeur de Jewpop, un site web joyeusement décomplexé.

« Une partie des juifs se réclame de l’orthodoxie, d’autres sont libéraux, et certains vont simplement manger un falafel le dimanche. La communauté juive est non seulement très diverse, mais beaucoup de gens vivent tout simplement en dehors. »

A l’image de Sophie, comédienne de 26 ans, qui réfute toute appartenance à un groupe :

« J’ai habité dans un quartier parisien où il y avait des groupes de Talmud Torah, des écoles religieuses… C’est très visible. Mais moi, ma communauté, ce sont mes amis, les personnes avec qui je travaille, avec qui je vis. Des gens qui s’entraident, indépendamment de leur identité culturelle. »

Désir de proximité

Comme Sophie, nombreux sont les juifs qui refusent toute assignation identitaire. Beaucoup évoluent néanmoins au sein de la communauté. « La com’ », comme dit Anael, 28 ans. Pour cette Strasbourgeoise, le centre communautaire de la ville a longtemps été un point de rendez-vous incontournable :

« Il y a la synagogue, l’école, le centre socio-culturel, la médiathèque, les bureaux des mouvements de jeunesse… On squattait là-bas entre jeunes après les cours, et c’était même un lieu de drague ! »

Espaces de vie sociale, de formation ou de spiritualité, les organisations communautaires sont de plus en plus en prisées. En 2002, 67% des 19-29 ans avaient déjà été en lien avec une structure éducative juive (contre 44% en 1988). Côté école, même tendance : en 2005, 29 454 élèves étaient scolarisés dans une école juive, une augmentation de 84% en 14 ans*. [Lire la suite sur Rue89]

 

*Heureux comme juifs en France ?, de Erik H. Cohen, éd. Elkana, 2007.

Publicités