Femmes battues, menacées, insultées : le sexisme prolifère sur la Toile. En théorie, des lois existent pour l’interdire. Mais dans les faits, les hébergeurs ferment volontiers les yeux, quand les autorités, elles, se révèlent bien incapables de se faire respecter. Bilan : c’est à la société civile qu’il revient de s’attaquer à ce fléau. 

Des vidéos de femmes à quatre pattes, le visage caché, fessées à coups de bouteille, de ceinture ou de sèche-cheveux sur fond de musique électro ; des photos de profil exhibant fièrement une fille en string, le corps couvert de bleus : voilà comment un certain Amine Mojito a fait tranquillement son buzz pendant des mois. Au départ ? Une séquence postée en janvier sur Snapchat – cette application très pri- sée des ados – où il s’amuse à cracher sur les seins d’une jeune femme et lâche une petite phrase qui deviendra rapidement son gimmick : « C’est la keh [la pute, ndlr] à Mojito. » Insultes, coups, simulations de pénétration… [Lire la suite]

Publicités