Aux États-Unis, un millier de femmes ont porté plainte contre le laboratoire Bayer. En France, elles sont déjà plus de cent vingt à avoir rejoint une association de patientes. En cause ? Le dispositif médical de stérilisation Essure du géant allemand qui serait, selon elles, à l’origine de nombreux effets secondaires. Épuisement chronique, douleurs musculaires intenses, troubles neurologiques… Si l’Agence nationale de sécurité du médicament ne condamne pas le dispositif, elle a lancé en avril une étude visant à « évaluer la sécurité de l’implant Essure ».

Septembre 2016, nous recevons un appel : une certaine Isabelle Ellis souhaite « porter à [n]otre connaissance des éléments inquiétants sur la pose d’implants tubaires Essure. » Essure, c’est cette méthode de contraception définitive (ou stérilisation) qui consiste à insérer deux petits implants de 4 centimètres, essentiellement composés de nickel-titane et de fibres de PET (1), dans les trompes de Fallope, sans incision ni anesthésie (voir page 49). Remboursée par la Sécurité sociale depuis 2005, la méthode a été conçue par le laboratoire américain Conceptus, devenu la propriété du géant allemand Bayer en 2013.

En France, c’est aujourd’hui la méthode de stérilisation tubaire(2) la plus utilisée : sur 260 810 femmes stérilisées entre 2008 et 2014, plus de 140 000 y ont eu recours3. Parmi elles, Isabelle Ellis a sauté le pas en août 2008. Elle a alors 41 ans : «Je venais de faire une IVG dans un contexte un peu douloureux de séparation et j’étais décidée à faire une ligature des trompes. Celle-ci pouvait se faire, mais sous cœlioscopie(4). Mon gynécologue m’a présenté la méthode Essure, il m’a dit : “On place deux petits ressorts. Ça crée une réaction inflammatoire locale, qui génère une fibrose(5). Au bout de trois mois, la trompe est bouchée, il n’y a plus de risque de grossesses. Ça se fait en ambulatoire.” J’ai trouvé ça assez fantastique », se sou-vient cette psychologue bretonne.

Trois mois plus tard, ses trompes sont bien obstruées et elle peut arrêter toute contraception. Étrangement, elle souffre de règles de plus en plus douloureuses et de bronchites à répétition. « Verdict du médecin : c’est la fatigue hivernale, il faut que je me repose », raconte-t-elle. Mais l’été suivant, sa santé se détériore : tachycardie, éruptions cutanées… Isabelle se sent anormalement épuisée : chez l’esthéticienne, elle a même « des difficultés à tenir [s]es bras en l’air pour l’épilation des aisselles ». Sans savoir pourquoi. Problèmes ORL, douleurs musculaires intenses, migraines… Au fil des mois, la quadragénaire a de plus en plus de mal à marcher et à réaliser les gestes du quotidien. En 2013, sur les conseils de son médecin, elle s’équipe d’un fauteuil roulant pour ses déplacements extérieurs. [Lire la suite de l’enquête]

Publicités